Antilles_Guyane_Haïti : la Guyane n'est pas contente

Plusieurs vidéos relatives à la Guyane sont bloquées... Nous sommes vraiment désolés pour ce désagrément

Kassav olympia

"Le drame stupéfiant du suicide chez les jeunes se déroule dans le silence le plus complet: il faut absolument mettre des moyens y compris sous forme dérogatoire", a déclaré Aline Archimbaud, sénatrice (EELV) de Seine-Saint-Denis. Avec la députée (PS) d'Ille-et-Vilaine Marie-Anne Chapdelaine, elle vient de remettre un rapport d’enquête à la ministre des Outre-mer. Elles estiment que "l'on peut parler sans exagération +d'épidémie de suicides+". Ces jeunes amérindiens se suicident en effet 8 à 10 fois plus que la moyenne des  Guyanais.

"Ces populations se sentent abandonnées, il y a une immense désespérance", a souligné Mme Archimbaud. Le rapport met en évidence de nombreuses causes, rappelant que ces citoyens français "n'ont pas accès à des droits fondamentaux comme l'eau, l'électricité ou le téléphone", sans parler d'un accès à la santé ou à l'emploi. Une crise identitaire est également évoquée, chez ces jeunes tiraillés entre la modernité et les modes de vie traditionnels. Et ce d’autant plus que ces populations sont parfois stigmatisées dans le département.
Sans tabou, les députées ont également travaillé sur le fléau de l’alcoolisme et des violences interfamiliales.

Guyane

Le tableau du "mal vivre" de ces amérindiens de Guyane est glaçant. En conséquence, le rapport comporte 37 propositions pour prévenir les suicides. 16 sont considérées comme "prioritaires".
Il s'agit du "renforcement immédiat" de la prise en charge psychiatrique des suicidaires et de leur famille, avec l'intervention (comme en métropole) d'une cellule d'urgence en mois de 24 heures. Mais, souligne le rapport, comment réussir "quand il n’existe aucun moyen de transport pratique et immédiat pour mettre une telle équipe de professionnels à pied d’œuvre ?". Le rapport préconise la mise en place d'antennes médicopsychologiques à Camopi et Maripasoula, des communes très touchées.
Il s'agit aussi de réaliser les infrastructures élémentaires (eau, électricité, internet, téléphone) et de "répondre à la forte demande en termes d'éducation", a souligné Marie-Anne Chapdelaine, parlant de la nécessité de généraliser la "collation" pour les enfants, de permettre des retours en pirogue le week-end des collégiens scolarisés loin de chez eux, ou de garder ouverts les internats pour lycéens à Cayenne.

La Guyane est depuis longtemps une véritable poudrière.
Les autorités de la République le savent mais veulent l'ignorer: la Guyane est depuis longtemps une véritable poudrière. Le taux de chômage y atteint plus du double de celui de la métropole: 22%. Le taux de criminalité y est 14 fois plus élevé. Ce département compte 23 actes de violences pour 1000 habitants, 200 viols par an, 428 vols à main armée. La situation démographique y est explosive. Le taux de fécondité par femme atteint les 3,4 enfants (1,9 en métropole), soit un taux de natalité de 27,6 pour 1000 habitants. Au nord, dans le territoire de Saint-Laurent-du-Maroni, la fécondité est l'une des plus élevées au monde, supérieure ou égale à celle des pays les plus pauvres de la planète avec 5,2 enfants par femme (taux de natalité de 45 pour 1000 habitants). Les phénomènes migratoires y sont considérables. La population de ce territoire est composée à 45% de ressortissants étrangers, la plupart issus de l'immigration du Surinam. L'orpaillage, c'est-à-dire l'exploitation de l'or dans la forêt amazonienne par des trafiquants et contrebandiers, est la source essentielle de la criminalité violente et entraîne des phénomènes de pollution au mercure désastreux pour l'environnement et la santé de la population locale. Tous les facteurs objectifs d'un chaos généralisé se trouvent donc réunis en Guyane.
Re my sahlomon 4

rOOts - rOck - reGGae

Aimons la Guyane

Marsèl Rahguèl-Blood

L'histoire de Kassav commence en 1979 quand Pierre Edouard Décimus, musicien professionnel (du groupe les Vikings de la Guadeloupe) et Freddy Marshall décident de renouveler et de moderniser l'image folklorique de la musique racine (tambour du carnaval...). Le groupe mélange alors des musiques locales (biguine, merengue...,) à d'autres rythmes venus d'ailleurs : salsa, reggae, soukous..., rock de la fin des années 1970.
Kassav est le créateur du style zouk de par sa période d'apparition et son style nouveau pour l'époque. Avant la naissance du groupe, existaient principalement comme styles musicaux en Guadeloupe et en Martinique :
_ le Gwoka, musique traditionnelle de la Guadeloupe, dont il existe 7 variantes (rythmiques),
_ le Bélé, musique traditionnelle de la Martinique, dont il existe 11 variantes (rythmiques),
_ la Mazurka, la valse créole, le chouval-bwa, musiques traditionnelles de la Martinique associées à la ville de Saint Pierre, originaires d'Europe,
_ la Biguine,
_ la Cadence-Lypso (Calypso et Cadence), créée par Exile One (de la Dominique) avec Gordon Henderson et aussi interprétée par des groupes tels que Les Grammacksavec Jeff Joseph comme membre principal. Experience 7, fut le premier groupe Guadeloupéens à populariser ce style musical (référence du Zouk) aux Antilles Française dans les années 1970.

La Martinique

On pense que les petites Antilles ont connu la présence de l'homme entre -10 000 et -5 000 mais, il n'en existe à ce jour aucune trace. Les plus anciennes traces d'êtres humains des petites Antilles se trouvent sur le site de Norman Estate à Saint-Martin et sont datées d'entre -2 400 et -1 900 av. J.-C. Les premières traces des Amérindiens à la Martinique ont été archéologiquement attestées du ier siècle.
_ Ces premiers habitants viennent d'Amazonie et sont de culture saladoïde, du nom du site éponyme vénézuélien de Saladero. Ils sont généralement qualifié d'arawaks bien que ce terme imprécis désigne plus largement une famille linguistique à laquelle se rattachent de nombreuses populations amérindiennes d'Amazonie dont les populations Kalina ou Caraïbe. Cette population produisant des céramiques extrêmement décorées a occupé surtout les contreforts de la Montagne Pelée. Ils pratiquaient l'agriculture, la pêche et la cueillette.