AFRIQUE - JAPON

TOUT EST MOUVEMENT-CHANGEMENT

japon-afrique1.jpeg

 

O

...

Rencontres artistiques Afrique - Japon

.

La première métisse du Japon.

Ariana miyamoto main 637x425

Les travaux de cette importante conférence ont été sanctionnés par l'adoption de « la déclaration de Nairobi » et du plan de mise en ouvre des engagements pris.  Les intervenants lors de cette cérémonie de clôture à savoir, le président en exercice de l'Union africaine (UA), le chef d'État Tchadien, Idriss Deby Itno, le président Kényan Uhuru Kenyatta et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont souligné les résultats fructueux et la qualité des échanges riches ayant marqué les travaux de cette sixième TICAD.

Miss Japon est métisse, une première qui a chamboulé l'archipel...

Née d’un père afro-américain, et d’une mère japonaise, Ariana Miyamoto a été élue Miss Japon. Une nouvelle qui ne plait pas à tous les Japonais, certains estimant qu’elle est en partie étrangère.
_ Ariana Miyamoto, 20 ans, est un ravissant mélange. Désignée miss Japon, la jeune femme est la première miss métisse de l’archipel. Elle s’apprête à représenter son pays au concours miss univers 2015. Face à la presse, Ariana a déclaré que si elle ne ressemblait aux Japonaises, elle se sentait bien japonaise. Une explication jugée insuffisante par certains.
_ Les Japonais les plus nationalistes expriment leur malaise face à cette élection. Sur les réseaux sociaux, la jeune femme est qualifiée de "hafu" ("demi-japonaise" en français), un terme peu flatteur au Japon. De l’anglais half, il désigne les métis comme des moitiés. Sur Twitter, certains auraient préféré "une Japonaise pure" quand d’autres évoquent une "demi-miss Japon".

Les 15 choses qu'il faut savoir sur le Japon : l'article est à la 5 eme page... Merci !

ARIANA MIYAMOTO

_Ariana miyamoto 1

La Musique Africaine du Japon

Le Japon célèbre la journée de l'Afrique (flashback)

le-japon-celebre-la-journee-de-l-afrique-article-top.jpeg

Chaque 25 mai, c’est la Journée de l’Afrique. Au Japon -décalage horaire oblige – les manifestations se sont déjà achevées.

Un grand symposium s’est déroulé dans la matinée en présence du Prince héritier Naruhito et de Toshiyuki Kato, le vice ministre des Affaires étrangères sur le thème : « Développement de l'Afrique ; infrastructures, intégration régionale et rôle du Japon ».

M. Kato a rappelé la volonté du Japon de soutenir les efforts de l'Afrique afin de faire de ce continent une place a économie forte comme l'Asie ». Il a indiqué que son gouvernement avait accordé un milliard de dollars afin de soutenir le développement des infrastructures en Afrique, si possible, dans le cadre d’un partenariat public-privé.

Plusieurs personnalités japonaises et africaines participaient aux discussions dont le vice-ministre de l’Economie, Hideichi Okada, le président de la section Afrique du patronat, Agio Dobashi, le directeur de l'Integration régionale et du Commerce de la Banque africaine de développement (BAD), Alex Rugamba, le secrétaire général de l'agence du NEPAD pour la Planification et la Coordination, Ibrahim Assane Mayaki, et le chargé d’Affaires du Togo au Japon, Steve Aklesso Bodjona.

La Journée mondiale de l'Afrique célèbre l'anniversaire de la signature des accords de l'OUA (Organisation de l'Unité Africaine), le 25 mai 1963. C'est l'occasion pour chaque pays d'organiser des événements dans le but de favoriser le rapprochement entre les peuples africains. Cette journée est aujourd'hui devenue une tradition fortement enracinée dans l'ensemble des pays africains, et elle représente le symbole du combat de tout le continent africain pour la libération, le développement et le progrès économique.

pub

Notre site (qui est bien évidemment le vôtre) publie en priorité: des informations relatives au VIVRE ENSEMBLE, qu’il s’agisse  des relations nationales, internationales, culturelles ou cultuellles. Tout en  mettant un accent particulier sur les valeurs de la diversité et le bonheur du ''VIVRE ENSEMBLE'', nous acceptons toutes vos suggestions... C'est grâce à vous que nous avançons.

UFOT EKONG : le Génie Japonais est d'origine Africaine

OCouple mixte racisme1

Conférence Internationale de Tokyo pour le développement de l'Afrique

La Ve Conférence Internationale de Tokyo pour le développement de l'Afrique s’est achevée lundi après-midi à Yokohama. Le président togolais, Faure Gnassingbé, a mis à profit cette dernière journée pour s’entretenir avec un certain nombre de responsables politiques et économiques. Il a notamment reçu Akihiko Tanaka, le président de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), Richard Dictus, le responsable du Programme Volontaires des Nations Unies. Le Togo a lancé le PROVONAT, le Programme de promotion du volontariat national, qui permet, chaque année, à plusieurs milliers de jeunes, d’acquérir une expérience professionnelle. Dimanche soir, le chef de l’Etat avait pris part au dîner de gala offert par le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, en l’honneur des dirigeants africains présents à Yokohama. A l’occasion de la TICAD V, Le Japon a annoncé une aide au développement de 10,6 milliards de dollars sur cinq ans pour l'Afrique M. Abe a promis ces fonds dans le cadre d'une enveloppe plus globale d'"aides publiques et privées" équivalente à 24,2 milliards d'euros pour "soutenir la croissance africaine".

 MATHÉMATIQUES : le génie du Japon est Noir, africain, jeune d'origine nigériane et résout une équation insoluble, dont personne n'avait trouvé la solution, depuis son apparition il y a trente ans. 

Ufot ekong

Japon - AfriQ' : Sciences et Technologies

Réunion Ministérielle Japon-AfriQ' sur les Sciences et Technologies: Dimanche, 3 octobre 2010 _ Centre International de Conférences de Kyoto, Japon

1. Les ministres japonais et africains responsables de la politique des sciences et technologies, accompagnés des représentants de la Commission de l’Union africaine, de l’Agence du NEPAD, du Groupe de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement, se sont rencontrés le 3 octobre 2010 à Kyoto au Japon. Les ministres et les chefs de délégation ont échangé leurs points de vue concernant diverses questions en rapport avec la coopération entre le Japon et l’Afrique dans les domaines de la science, technologie et innovation.

2. La Réunion Ministérielle Japon-Afrique sur les Sciences et Technologies (JASTMM) a apprécié les efforts réalisés par chaque État partie pour accroître la coopération dans les domaines de la science et technologie après la 1ère Réunion Ministérielle Japon-Afrique sur les Sciences et Technologies qui s’est tenue en octobre 2008. De plus, elle a demandé un développement plus approfondi des partenariats coopératifs.

3. Le Japon et l’Afrique ont conjointement proposé une initiative promouvant une coopération commune dans les domaines de la science, technologie et innovation. Cette initiative a pour but de créer un réseau de recherche et d’innovation afin de promouvoir une coopération continue dans le domaine de la recherche, ce qui apportera une innovation et contribuera à la résolution des défis régionaux et mondiaux.

4. Les hauts fonctionnaires du bureau de l’AMCOST et les fonctionnaires du Bureau du Conseil des ministres du Japon se sont rencontrés le 23 et 24 septembre au Caire, en Égypte, et ont étudié l’Initiative Japon-Afrique sur la Science, Technologie et Innovation.

5. La JASTMM a accueilli cette initiative et elle est parvenue à un accord concernant les principes fondamentaux suivants :
•  Le Japon et l’Afrique développent un cadre stratégique pour la coopération dans les domaines de la science, technologie et innovation (STI) jusqu’en mai 2011.
•  Des institutions de recherche dans chacune des cinq régions seront identifiées et utilisées en tant que « centres régionaux de la coopération STI », qui serviront comme centres des réseaux de recherche et d’innovation entre le 
Japon et l’Afrique.
• Des domaines thématiques de coopération seront conjointement identifiés sur la base d’un intérêt mutuel comme par exemple ceux liés à l’innovation verte, ou encore aux innovations de la vie et ce, en accord avec les stratégies nationales japonaises ainsi qu’avec le plan d’action consolidé de l’Afrique pour la science et la technologie.

 

 

 

 

Kimora lee simmonsKimora Lee Simmons

japon-afric-inde.jpgMétisse : Afro-Japonaise

Flash Back

• Pour promouvoir le dialogue et la mise en place de l’initiative, il faut :

1- maintenir le dialogue politique par le biais de la réunion semestrielle JASTMM.

2- établir une Conférence de Hauts Fonctionnaires (SOM) constituée de hauts fonctionnaires du bureau de l’AMCOST et de représentants du Bureau du Conseil des ministres du gouvernement japonais.

3- établir une force opérationnelle conjointe (JTF) qui sera constituée de représentants de la CUA/RHST ; de l’Agence du NEPAD (OST); du Bureau du Conseil des ministres du Japon; et des représentants de la science et technologie africains au Japon.

4- garantir que la CUA/RHST a des ressources suffisantes pour mettre en oeuvre la coopération.

5. La JASTMM a vivement conseillé à la SOM de développer les termes de référence (TOR) de l’initiative afin d’établir des centres régionaux qui contribueront au renforcement des réseaux humains entre les communautés scientifiques au Japon et en Afrique par le biais de la promotion de la recherche, du développement et de l’innovation.

6. La JASTMM a accueilli favorablement la bonne volonté exprimée par le Groupe de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement de soutenir et de participer à l’initiative. De plus, la JASTMM a partagé l’opinion selon laquelle la participation active d’autres organisations internationales est aussi nécessaire pour une mise en place efficace de l’initiative.

7. Il a été noté que le Japon considérera l’envoi d’un technicien à la CUA/RHST pour 
la période de coopération.

8. La JASTMM a confirmé que la prochaine réunion aura lieu en Afrique. 

Initiative pour promouvoir la coopération STI entre le Japon et l’Afrique 
• Tisser un réseau entre le Japon et l’Afrique pour promouvoir une coopération conjointe et continue dans le domaine de la recherche, qui apportera une innovation et un développement durable. 
• Des institutions de recherche dans chacune des cinq régions seront identifiées et utilisées en tant que « centres régionaux de la coopération STI », qui serviront comme centres des réseaux de recherche et d’innovation entre le Japon et l’Afrique. 
• Des domaines thématiques de coopération seront conjointement identifiés sur la base d’un intérêt mutuel comme par exemple ceux liés à l’innovation verte, ou encore aux innovations de la vie et ce, en accord avec les stratégies nationales japonaises ainsi qu’avec le PCA. 
• Renforcer les réseaux humains entre les communautés scientifiques au Japon et en Afrique par le biais de la promotion de la recherche, du développement et de l’innovation.

Réseaux humains

Collaboration dans le domaine de la recherche 
Envoi d’experts 
Conférence de Hauts Fonctionnaires (hauts fonctionnaires du bureau de l’AMCOST et 
fonctionnaires du Bureau du Conseil des ministres du Japon) 
Réunion Ministérielle Japon-
Afrique sur les Sciences et Technologies 
Organisations internationales(Groupe de la Banque mondiale, Banque africaine de développement etc)

Structure pour promouvoir l’initiative  Force opérationnelle conjointe

-Commission de l’Union africaine/Ressources Humaines, Science and Technologie (CUA/RHST) 


-Agence du NEPAD (Bureau de la Science et Technologie) 
-Bureau du Conseil des ministres du Japon 
-Représentants de la science et technologie africains au Japon
Remy sahlomon flama barranquilla

 

 

8062-wafrica-ii-mouangue4.jpeg

affiche-conference-kotaro-matsushima.jpeg

8bis.jpeg

Afrique japon

Serge MOUANGUE

Wafrica – Mariage extraordinaire entre mode africaine et japonaise

/5 Commentaires/dans  /par 

 

Il y a quelque années, en 2009, alors que j’effectuais un stage à Osaka, j’ai découvert par l’intermédiaire d’un de mes tuteurs une exposition extraordinaire. Je n’ai malheureusement pas pu y aller car elle était à Tokyo. Mais le site et les images m’ont vraiment enchanter. Je vous invite donc à visiter ce site sans plus tarder…

Le concept

Marier les kimonos japonais aux vêtements africain.
C’est l’idée de génie derrière Wafrica. Elle est simple mais il fallait y penser et passer à la réalisation. C’est ce qu’a fait Serge Mouangue.

Serge MOUANGUE

Le designer de génie derrières ces fabuleux kimonos aux motifs africain.

 

Le site : Wafrica.jp

 

_

 

 

15 choses à savoir sur le Japon

Parmi les destinations PVT un peu atypiques, le Japon se pose souvent en tête des pays que l’on connaît finalement peu et sur lesquels on a beaucoup de préconçus.

De plus en plus de pvtistes débarquent dans le “pays du soleil levant” dans l’unique but d’être complètement dépaysés pendant un an en s’immergeant dans une culture à des années lumières de la culture française. Pour ceux qui hésitent encore à franchir le pas, voici quelques clichés sur le Japon que nous allons reprendre un à un. On espère que cela va vous décider à poser votre candidature pour ce PVT !

1 - Au Japon ils parlent tous un peu anglais

Faux

C’est un cliché relativement étrange car dès que vous aurez mis un pied à Tokyo vous vous rendrez vite compte à quel point c’est faux. Au Japon on parle japonais, pas anglais, pas chinois, pas français. Si dans les quartiers très touristiques vous arriverez à retomber tant bien que mal sur vos pattes avec des affichages en anglais pour les touristes, il va en être différemment lorsque vous allez devoir communiquer avec les habitants.
Le Japon est largement moqué pour être le dernier de la classe en Asie en matière de langues étrangères, mais heureusement la bonne volonté et la gentillesse des habitants pallie à ce manque.

2 - Le Japon est un pays cher

Vrai

Oui, le Japon est un pays cher et vous ne vivrez pas d’eau fraîche et de quelques sous ici comme vous pourriez le faire dans d’autres pays d’Asie. Il y a des bons plans à connaître comme partout, mais il sera difficile de couper aux dépenses inévitables qui sont les transports et les loyers, à moins de faire tout son PVT en woofing et auto-stop (peu réaliste...).
De plus, le Japon est un pays de consommation, voire de surconsommation, vous allez être tentés absolument partout, de jour comme de nuit. Difficile d'économiser donc...
Cependant, le coût de la vie est en proportion aux salaires et si vous faites pas mal d’heures au travail (disons un temps plein de 40h par semaine) alors vous aurez probablement une meilleure qualité de vie ici que vous n’auriez en France. Inutile donc d’économiser des milliers d’euros si vous prévoyez de travailler un peu durant votre PVT.

3 - Les Japonais sont propres, organisés et polis

Vrai

Les touristes sont toujours surpris par cet aspect, surtout lorsqu’ils arrivent dans la tentaculaire Tokyo qui voit passer des millions de gens tous les jours et qui maintient pourtant un niveau d’organisation et de propreté peu communs. Tout est organisé au millimètre près au Japon, les gens marchent dans le même sens, prennent les escaliers en groupe du même côté, fument dans les espaces réservés et restent discret dans les lieux publics pour ne pas déranger les gens autour d’eux.
Cependant vous entendrez souvent les expatriés dire que ce n’est qu’une politesse de façade... ainsi dans les transports à Tokyo, il est rare de voir les gens céder leur place aux personnes prioritaires la plupart faisant mine de dormir ou d’être trop absorbé par leur téléphone pour laisser leur siège.

4 - Le Japon est à la pointe de la technologie

Vrai et Faux !

Évidemment qui dit Japon dit robots, ordinateurs ou gadgets bizarres (et souvent inutiles). Mais vous serez tout autant surpris de voir que les entreprises utilisent encore beaucoup le fax au lieu de l’email, que les sites web officiels sont archaïques et ont un design qui date des années 80, que le Wifi est loin d’être accessible partout, et j’en passe...
Bien que le Japon soit un pays innovateur en matière de technologies, c’est aussi un pays où les choses changent très lentement, où les patrons sont des vieux monsieurs aux idées arrêtées partisans du “c'était mieux avant” et où on n’encourage pas l’innovation. Ainsi, le pays est souvent englué dans des processus datant des années 80, période où les patrons actuels ont pris le pouvoir et contrôlent depuis d’une main de fer tous leurs employés.

5 - Au Japon on mange du poisson cru et des choses bizarres

Vrai

Si vous êtes aventurier en matière gastronomique, au Japon vous allez être servi ! On trouve de tout, et surtout des choses inhabituelles chez nous. En dehors du poisson cru, et des choses que l’on mange encore vivantes (bon appétit !) vous allez découvrir toutes ces spécialités gluantes et fermentées dont les Japonais raffolent (natto, tororo...) pensant qu’elles sont excellentes pour la santé, des snacks aux goûts inexplicables et des alcools qui réveilleraient des morts.
Mais rassurez-vous, puisque l’on trouve à peu près de tout ici, on trouve aussi des choses plus courantes chez nous, cuisine italienne en tête qui est très à la mode et relativement bon marché.

6 - Au Japon, on dort et on mange par terre

Plutôt faux

Bien que l’image de la maison traditionnelle soit encore très véhiculée dans la culture pop (mangas et animés en tête), la plupart des Japonais équipent maintenant leur maison à l’occidentale avec tables et chaises, canapés et lits. Les futons (matelas posés à même le sol) sont plutôt signe de pauvreté ou de vie étudiante, les Japonais continuent d’en acheter (et de les sortir sur les rebords de fenêtres) mais pour les poser sur des lits, par dessus un matelas et un sommier.
Si vous êtes à la recherche de ce mode de vie traditionnel, c’est plutôt à la campagne qu’il va falloir aller ou alors dans des hébergements traditionnels type Ryokan ou Minshuku qui ne sont pas forcément bon marché.

7 - Tokyo est la plus grande ville du monde

Vrai

Les façons de calculer diffèrent, mais oui, au niveau de la population, Tokyo reste encore aujourd’hui la plus grande ville du monde. La population “intra muros” est de 13 millions d’habitants et passe à 37 millions en comptant le grand Tokyo. Tokyo n’est pas vraiment une ville au final, mais plutôt le regroupement de plusieurs villes en une, chacune avec des ambiances relativement différentes.
Par ailleurs, Tokyo se classe tous les ans dans le top 3 des villes les plus chères du monde mais est aussi régulièrement en première place du classement des villes les plus sûres.

8 - Leur écriture, c’est du chinois

Vrai et faux

Il est indéniable qu’une bonne partie de l'écriture japonaise vient de l'écriture chinoise, cependant depuis le temps les deux ont évolué et sont donc assez différentes aujourd’hui (d’autant plus que la Chine a simplifié son écriture dans les années 50). Par ailleurs, leur lecture est complètement différente et un Chinois pourra comprendre le sens - grosso modo - d’un menu dans un restaurant au Japon mais sera incapable de prononcer ce qu’il lit, et vice-versa.
L'écriture japonaise est composée de trois alphabets qui se complètent : les hiragana, les katakana et les kanji. Seuls les derniers, les kanji viennent du chinois, les deux autres alphabets ont été créés et ne sont utilisés qu’au Japon. Il faut être capable de déchiffrer les trois pour lire en japonais.
Ainsi, les étrangers tels que les Chinois ne peuvent pas lire les hiragana et katakana, il leur manque donc une partie des phrases et du sens quand ils lisent les journaux par exemple.

9 - Les Japonais sont racistes

Vrai

Un cliché qui n’est pas forcément connu des touristes occidentaux est le racisme latent de la population.
Vous ne verrez pas de crimes ou d’actes racistes haineux au Japon, mais un étranger, même marié à un citoyen japonais, parlant parfaitement la langue et vivant ici depuis toujours restera un étranger. Toute votre vie on va vous demander d'où vous venez, pourquoi vous êtes ici et on s’extasiera sur votre niveau de japonais, langue si difficile à apprendre pour les étrangers.
De même, pour certains métiers, il y aura clairement une discrimination faite, dans le cas des professeurs d’anglais ou de français par exemple, mieux vaut être blanc pour obtenir un poste. Les gens d’Asie du sud font particulièrement les frais de cette discrimination à l’embauche.
Ainsi, bien que vous ne subirez probablement jamais de violence à votre égard (bien qu’il y ait des fous partout), vous ne vous sentirez jamais totalement la bienvenue ici, que ce soit au niveau de la population qui ne vous verra jamais comme l’un des leurs, des difficultés administratives ou des éternels renouvellements de visas.

10 - Il y a tout le temps des tremblements de terre au Japon

Plutôt vrai

Si vous utilisez les applications pour les alertes séismes ( Yurekuru en tête) vous allez être surpris du nombre de tremblements de terre journaliers ici. Bien sûr, vous ne sentirez pas la majorité d’entre eux, mais il y en a des moyennement forts ressentis par la population tous les trois mois environ, dans des régions différentes. Ainsi, sur un PVT d’un an, vous pouvez n’en sentir aucun ou alors plusieurs !
Les tremblements de terre ne doivent cependant pas vous empêcher de tenter l’aventure PVT Japon. Le pays est extrêmement bien équipé, les constructions respectent les normes sismiques et les habitants sont entraînés dès le plus jeune âge à réagir correctement aux tremblements de terre.
Bien qu'impressionnants au début pour nous Français/ Belges qui ne connaissons quasiment pas ce phénomène, le danger est minime.

11 - Les Japonais sont coincés et travaillent trop

Vrai

Les Japonais sont des employés dociles, dévoués à leur entreprise et qui font passer leur travail avant leur vie privée. La dénatalité inquiétante du pays vient en partie de là.
Ce ne sont pourtant pas les employés les plus efficaces au monde, une lourde hiérarchie, un manque d’initiative et de prise de position empêchent bien des employés de briller au travail et de montrer leurs compétences. Mais ils sont là, pendant de longues, longues heures à leur bureau, et ils sont encore là après le travail pour aller boire un verre entre collègues et parler... boulot.
Dans une vie où le travail prend une telle place, et où il vaut mieux rester dans le rang pour garder son job, la conséquence évidente semble être ce côté coincé, frustré des Japonais en général. Beaucoup d’entre eux ne sont pas vraiment heureux, ils obéissent à des codes et des règles parce que c’est comme ça, ils ne peuvent pas dire ce qu’ils pensent, ils sentent que leur vie leur échappe. Le Japon est un pays où l’on se suicide beaucoup et où tous les ans des personnes adoptent des comportements asociaux et se coupent du reste du monde (cas des Hikikomori par exemple, phénomène né au Japon).

12 - Le Japon est dangereux depuis Fukushima

Hmmm... on ne sait pas !

En effet, entre Hiroshima et Nagasaki pendant la guerre et Fukushima récemment, le Japon donne des sueurs froides aux gens concernés par le nucléaire. Lors de la catastrophe du Tohoku en 2011, de nombreux expatriés ont fuit le Japon par peur des conséquences sur leur santé. Certains sont revenus, depuis l’eau a coulé sous les ponts et nous ne savons toujours pas vraiment ce qui se trame dans cette région sinistrée du nord...
La population étant assez fataliste, les médias peu courageux et les politiques plutôt corrompus, il semble difficile de connaître réellement les dangers auxquels nous nous exposons en vivant au Japon après Fukushima.
Cependant, si vous vivez suffisamment loin du site, vous ne devriez pas vous sentir plus concernés ici qu’ailleurs. Seul l’avenir nous le dira.

13 - Les Japonais lisent tous des mangas et regardent des dessins-animés

Plutôt faux

Il est vrai qu’il y a quelques années, on pouvait voir des gens d'âges, de catégories sociales et professionnelles différents lire des mangas dans le métro. Il y a des mangas pour tous les goûts, tous les sujets, tous les âges au Japon, et cela vaut aussi pour les dessins-animés qui sont en majorité tirés des mangas à succès.
Mais depuis l'avènement des smartphones, les jeux sur téléphones ont petit à petit remplacé la distraction qu'était le manga. Ainsi, si vous jouez les indiscrets et vous penchez sur l'épaule de votre voisin dans le métro, vous verrez maintenant autant de personnes jouant à divers jeux, lisant des articles ou regardant la télé que de gens lisant des mangas sur leur téléphone.
De plus, bien que passe-temps tout à fait acceptable chez nous, les Japonais seront un peu réticents à avouer lire des mangas une fois rentrés dans le monde du travail, de peur de passer pour des otaku (geeks) ou des personnes immatures et déconnectées de la réalité. Il semble plus acceptable de jouer à Monster Strike (jeu sur smartphone numéro un au Japon) entre collègues que de se passer des mangas.

14 - Le Japon est un pays sûr

Vrai

Selon un classement de 2016, Osaka est la troisième ville la plus sûre du monde et Tokyo la première. Le Japon place donc ses deux plus grandes villes dans le top 3 des villes les plus sûres, appréciez l’exploit !
Il y a au Japon des crimes comme partout : des vélos sont volés, des femmes suivies par des pervers, la mafia fait son business à la vue et au su de tous. Mais par rapport à la densité de la population, le nombre de crimes est très bas et la délinquance quasiment inexistante.
Il y a des koban (mini postes de police) un peu partout, des caméras de surveillance, des
wagons réservés aux femmes en heure de pointe, des vigiles dans les magasins; il n’y a presque pas de tag ou de bien public détruit, on voit des enfants aller aux cours du soir seuls dès très jeune.
Ce sentiment de sécurité ambiante ne doit pas vous empêcher d’être vigilant comme partout, mais il est vrai qu’ici, on se sent vraiment en sécurité au quotidien.

15 - Le pays se dépeuple

Vrai

Ce sujet fait les choux gras de la presse internationale depuis peu et donne du fil à retordre au gouvernement. Le Japon se dépeuple, les Japonais ne font pas assez d’enfants et la nouvelle génération devient même réticente à toute vie amoureuse ! Le rythme de travail, les jeux vidéos et la réalité virtuelle, le coût de la vie, l’éclatement du modèle familial, le féminisme et la libération de la femme sont tous pointés du doigt sans que l’on sache exactement à qui la faute.
Cela implique des changements dans la société plus ou moins importants. De plus en plus d’étrangers viennent travailler pour remplacer les Japonais (surtout pour des petits boulots assez mal rémunérés), on développe la robotique également pour pallier au manque de main-d’oeuvre et les animaux de compagnie remplacent les enfants dans les poussettes (le marché de l’animalerie ne s’est jamais aussi bien porté !).

Voilà, nous sommes arrivés au bout de notre liste des 15 choses à savoir sur le Japon, on aurait pu la rallonger tant ce pays est fascinant mais on vous laisse le plaisir de découvrir aussi par vous-même sur place.

 

Article initialement publié en septembre 2017 et mis à jour en octobre 2018.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 2018-12-02