Afrique de l'Est _ Culture générale

L'afrobeat, créé à Lagos par Fela Anikulapo Kuti à la fin des années 1960, est une musique issue de rythmes traditionnels yoruba, fortement imprégnée de funk, jazz et de highlife, un style apparu dans les années 1900 au Ghana. Populaire dans toute l'Afrique anglophone, le highlife compte parmi ses meilleurs représentants le ghanéen E.T. Mensah, les trompettistes nigérians Dr. Victor Olaiya et Fela Ransome Kuti, dont le groupe de highlife jazz Koola Lobitos enregistra dès 1963 sous l'étiquette highlife jazz (Fela Kuti n'adoptera le saxophone qu'à la fin des années 1960). Fela Ransome Kuti (nom anglais hérité de son père) ne deviendra Fela Anikulapo Kuti, du nom de sa mère, qu'en 1979.
Grâce au charisme de son créateur, au rythme nouveau créé par son batteur Tony Allen et à la qualité de ses compositions, où il chante des textes engagés et satiriques, cette musique devient rapidement très populaire au Nigeria. Elle est différente d'autres styles nigérians très populaires comme la juju music, l'apala ou le fuji.
Fela Kuti invente le terme afrobeat et, en forge les formes musicales. Elles seront interprétées notamment par son groupe Africa 70, dont la rythmique est menée par le batteur Tony Allen au début des années 1970. Son groupe deviendra en 1977 Egypt 80. 1981 est une période où Fela enregistre souvent à Paris, notamment avec le producteur français Martin Meissonnier, qui a ensuite travaillé avec l'artiste de juju music nigerian King Sunny Ade.
Afrima