HAITI DANS L'UNION AFRICAINE

«En me renversant, on n'a abattu que le tronc de l'arbre de la liberté des Noirs ; il repoussera par les racines parce qu'elles sont nombreuses et profondes.»

Aux origines du panafricanisme - L'action politique d'Anténor Firmin

Tabou combo

JOSEPH ANTENOR FIRMIN / TOUSSAINT LOUVERTURE

Joseph antenor firmin 1

Issu d'une famille modeste du Cap-Haïtien, Anténor Firmin effectue ses études secondaires au lycée de sa ville natale et commence à enseigner dès l'âge de 17 ans.

Il travaille comme employé d'une maison de commerce, professeur, puis Inspecteur des Écoles ; passionné de politique, il fonde au Cap-Haïtien le journal Le messager du Nord. Candidat malheureux en 1879 à la députation, il est envoyé en 1883 comme représentant de son pays aux fêtes du centenaire de Simon Bolivar. Refusant un poste de ministre sous la présidence de Lysius Félicité Salomon, il s'exile à Saint Thomas puis à Paris (1885) où il rencontre Louis-Joseph Janvier et devient membre de la Société d’Anthropologie de Paris.

En 1885, il publie De l’égalité des races humaines. Anthropologie positive qui est une réhabilitation de la grandeur historique de la race noire depuis l'Égypte jusqu'à Haïti en réaction à l'Essai sur l'inégalité des races humaines de Gobineau (1854).

Anténor Firmin est candidat à la présidence à la fin du XIXe siècle. Ministre du président Florvil Hyppolite en 1891, il résiste aux pressions des États-Unis, qui voulaient installer une base militaire en Haïti, au Môle Saint-Nicolas. En 1905, son essai, M. Roosevelt, président des États-Unis et la République d'Haïti eut une grande répercussion, qui prédisait une intervention armée américaine qui, de fait, eut lieu.

 

 

Toussaint1

François-Dominique Toussaint Louverture, à l'origine Toussaint de Breda, né vers 1743 près du Cap-Français (actuel Cap-Haïtien), mort en captivité le à La Cluse-et-Mijoux (Doubs), est un homme politique français1 des Antilles d'origine afro-caribéenne. Descendant d'esclaves noirs, il joue un rôle historique de premier plan en tant que chef de la Révolution haïtienne (1791-1802) et devient une des grandes figures des mouvements anticolonialiste, abolitionniste et d'émancipation des Noirs.

L’historiographie haïtienne ou encore l’œuvre de l’abolitionniste Victor Schœlcher ont érigé Toussaint Louverture en modèle de libérateur de l’oppression. D'autres historiens présentent une vision plus contrastée du personnage, nostalgique d’un Saint-Domingue « perle des Antilles », dans lequel il a grandi et prospéré et dont l'opposition au système colonial de lAncien Régime serait à nuancer. Pourtant, c’est bien la Révolution qui porte cet ancien esclave noir affranchi dans les plus hautes strates du pouvoir militaire puis politique de la colonie française de Saint-Domingue jusqu'à sa chute face à l'armée du général Leclerc envoyée par le Premier consul Bonaparte qui, parallèlement, rétablit l'esclavage (1802). Arrêté et emmené en France, Toussaint Louverture finira ses jours en 1803, incarcéré en isolement au fort de Joux, dans le rude climat du Doubs, sans avoir pu connaître la proclamation d'indépendance d'Haïti le par son ancien lieutenant Dessalines. Saint-Domingue

_

 

Re my sahlomon 4

_