Le Cameroun en Musique

Lire à la dernière page, l'article sur l'inventeur Kwadwo Safo Kantanka, l’inventeur autodidacte Africain...

Download 8

PAPA BIYA A DIT... -

Paul biya

La Musique Camerounaise est à l’image du Cameroon

La Musique Camerounaise est à l’image du Cameroun, tout un continent dans une même nation (avec toutes les couleurs aux mélanges africains). 250 ethnies venues de toute l’Afrique peuplent le Cameroun, chacune avec plus ou moins sa propre musique.  Comme langues, on trouve le Douala, l'Ewodi, le yabassi, le Tikar, le Ngoumba, l'Abo, le Bamoun, l'Ewondo, le Bassa, le Bakweri, le Boulu, le Peul, le Haoussa, le Pygmée, le Bamiléké et bien d'autres, composées de plusieurs sous ensemble ... Voilà la musique camerounaise, celle qui part du folklore traditionnel au Bikutsi, Makossa, benskin ... Ci-contre : Mama Anne Marie Nzié et Annie Anzouer

O

 

la Voix d'Or du Cameroun, est toujours au sommet des voix camerounaises. Elle demeure une légende vivante de la musique africaine. Après plus d'un demi-siècle de carrière, elle n'a perdu aucun grain de sa voix et de sa superbe énergie...

Manu Dibango

K tino

K-Tino est une chanteuse de Bikutsi. Très populaire surnommée "la femme du peuple" chante en ewondo et en français.

Zanzibar Epémé, guitariste du groupe "Les têtes brûlées" sera son mentor spirituel à ses débuts. À la fin des années 1980, elle prend le micro au cabaret "Escalier bar" du quartier Nlongkak de Yaoundé. Elle chantera pendant quelques mois avec "Les zombis de la capitale" jusqu'en 1991. Connue au début en tant que Catino, elle prendra ensuite le nom de K-Tino et sortira son premier album Ascenseur.

Albums

  • Ascenseur (1991, Chalet Productions Vol.1)
  • Thermomètre (1993)
  • Casse Bambou (1995)
  • La Petite Adada (1998)
  • Viagra - Baisse-toi (2000, JPN Paris)
  • Ekobo (2000)
  • Egalité Oblige (2000)
  • Action 69 (2001, Nkulnnam NKL18)

Né à Douala (Cameroun) dans un milieu protestant, il débarque à Saint-Calais (Sarthe) pour poursuivre ses études avec seulement 3 kilos de café pour les payer. Ensuite étudiant à Chartres, puis à Château-Thierry au début des années 1950, il y découvre le jazz et y apprend le piano ; mais c'est à Reims où il prépare le baccalauréat qu'il s'initie au saxophone et commence à se produire dans les boîtes au grand dam de son père qui lui coupe les vivres en 1956.
Différents contrats le mènent à Bruxelles où il rencontre Coco, sa femme et mère de sa fille Georgia, Anvers et Charleroi où son jazz s'africanise au contact du milieu congolais dans l'ambiance de l'accession du Congo belge à l'indépendance en 1960. Grand Kalle l'engage dans son orchestre et ils enregistrent plusieurs disques qui remportent le succès en Afrique et les amènent à Léopoldville où Manu lance le twist en 1962. En revanche, le retour au Cameroun en 1963 est difficile et il regagne la France.

En 1967, Manu Dibango trône à la tête de son premier Big Band. Il crée et développe son style musical novateur et urbain pour une série d’émissions télévisées, "Pulsations" à la demande de Gésip Légitimus, producteur TV. Ainsi, il fut mis en relation avec Dick Rivers et nino ferrer, vedettes de l'époque ayant aussi participé aux émissions de Gésip Légitimus, qui l'engagent successivement.
En 1969, il enregistre des compositions personnelles qui lui font renouer avec le succès africain. En 1972, la face B d'un 45 tours, Soul Makossa (notamment samplé sur Wanna Be Starting Something de Michael Jackson et Please don't stop the music de Rihanna...
Dans les années 1980, il accompagne notamment Serge Gainsbourg...
    

 

1971 : Manu Dibango
1972 : O Boso
1972 : Soul Makossa
1973 : Makossa Man
1973 : Africadelic (AMI Records)
1974 : Super Kumba
1976 : Manu 76
1977 : L'Herbe Sauvage
1977 : Ceddo
1977 : Le prix de la liberté
1978 : Afrovision
1979 : Gone Clear
1981 : Ambassador
1982 : Waka Juju
1983 : Soft & Sweet
1984 : Surtension
1985 : Tam Tam pour l'Éthiopie
1985 : Electric Africa
1986 : Afrijazzy
1987 : A la Jamaïque
1987 : Seventie's
1988 : La fête à Manu
1989 : Négropolitaines vol. 1
1990 : Polysonic
1991 : Makossa Man
1991 : Live 91
1992 : Négropolitaines vol. 2
1992 : Autoportrait
1994 : Wakafrika
1994 : Lamastabastani
1996 : Live 96, Papa Groove
1996 : Sax & Spirituals / Lamastabastani
1997 : African Soul - The Very Best Of
1998 : CubAfrica (avec Cuarteto Patria)
1998 : Manu safari
2000 : Mboa' Su / Kamer feeling
2001 : Kamer feeling
2002 : B Sides
2003 : Africadelic
2004 : Voyage anthologique
2005 : Kirikou et les bêtes sauvages
2007 : Manu Dibango joue Sidney Bechet
2011 : Ballad Emotion
2011 : Past Present Future

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NKODO SITONY

pochette-sahlomon-sn-groupe-zimbabwe-2-copie.jpg

Le Bikutsi (parfois appelé Tipi) est à la fois une musique et une danse semi-traditionnelle du Cameroun, qui tire ses origines dans les provinces du Centre et du Sud. Le bikutsi est un rythme à 6/8 pratiqué traditionnellement au Cameroun et dans plusieurs pays d’Afrique Centrale. Ce rythme a plusieurs variétés que l’on retrouve aux Comores, Madagascar, Ile de la Réunion... Sous  diverses appellations. À l’origine, cette musique était destinée à guérir les maux, calmer la douleur de la perte d’un être cher et / ou soulager la souffrance. Aujourd’hui encore, ce rituel est exécuté par les femmes (assises sur de minuscules tabourets chantant et frappant de petits hochets ou des bambous coupés en deux dans le sens de la longueur) ... Mais, les temps changent et les hommes se sont réveillés... Ici, nous vous proposons l’un des rois du Bikutsi _ NKODO SITONY

 

pochette-sahlomon-et-so-groupe-zimbabwe-2-copie.jpg

 

.

Chantal ayissi r sahlomon 2

Successivement danseuse, mannequin, puis chanteuse, la Camerounaise Chantal Ayissi n'a jamais quitté le milieu artistique. Toute sa famille vit dans cet univers. Son père, sa mère, son frère Iman Ayissi, lui aussi mannequin et styliste. La musique rythme sa vie. Après une période de maternité, elle renaît par un nouvel album, rythmé et plein de vitalité. La chanteuse explore les rythmes de son pays : makossa, bikutsi, assiko, mangabeu. Elle s'emploie à démontrer que la musique camerounaise est plurielle.
Aux Etats-Unis, au Canada, en Guadeloupe et en Martinique, en Allemagne, Italie, Espagne, Belgique, Suisse, en Irlande, aux Pays-Bas, en Grande Bretagne, mais aussi au Bénin, au Cameroun… partout où elle s’est produite en spectacle ces trente derniers mois, la grande communauté mondiale des fans de Chantal est unanime à affirmer qu’au-delà de la maturité artistique, il y a ce brin de folie qui fait la marque de fabrique des grandes stars.

Tala André Marie

Anne Marie Nzié

Selon John Fru Ndi, le Président camerounais devrait être poursuivi pour “crimes contre l’humanité” par la communauté internationale

Fru ndi et Biya bi Nvondo

Le président camerounais Paul Biya devrait être poursuivi pour “crimes contre l’humanité” par la communauté internationale pour sa gestion de la crise en zone anglophone, estime le principal opposant politique anglophone, John Fru Ndi.
“Biya devrait être accusé de crimes contre l’humanité par la communauté internationale”, alors qu’une “guerre contre les anglophones” 
_ Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les combats sont devenus quasi quotidiens entre les forces de sécurité camerounaises et des hommes armés se réclamant de “forces de restauration” d’un Etat anglophone qui avait brièvement vu le jour entre les deux guerres mondiales, sous mandat britannique.
Les camerounais qui parlent anglais ont “besoin de justice” selon M. Fru Ndi qui conteste toujours la version officielle des événements survenus le 25 mai à Menka (Nord-Ouest).
Lors d’une opération menée par des militaires et des policiers pour déloger des assaillants reclus dans un motel, “vingt-sept terroristes (avaient été) neutralisés”, et cinq otages avaient été tués “par les terroristes” après des sommations, selon le porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary.
Si les forces de l’ordre “avaient encerclé cet hôtel (…) et avaient dit aux occupants : “Vous êtes en état d’arrestation, mettez les mains sur la tête”, ils pourraient avoir capturé tout le monde vivant. (…) Mais ils ont ouvert le feu et tiré sur tout le monde jusqu’à la mort”, a déclaré M. Fru Ndi dans une interview à un journaliste de France 24 qui pu se rendre à Menka.
À vous de juger
NOTRE QUESTION : QUI A CRÉÉ BOKO HARAM?... 

.

LE CAMEROUN NE CESSE PAS DE NOUS SURPRENDRE : la mise au programme d'un outil didactique censé sensibiliser des classes de 5 ième sur les dérives sexuelles.

Un manuel scolaire au coeur d'une polémique depuis quelques jours. Il s'agit du livre intitulé « L'excellence en science 5 ième, livre de l'élève ». Celui-ci renferme des enseignements sur les dérives sexuelles. Il y'est notamment expliqué les notions de zoophilie, d'homosexualité... « Le prétexte étant celui de préserver les enfants des dérives sexuelles. Les auteurs et promoteurs de cet ouvrage procèdent à un enseignement bien suspect. Nous pensons qu'il s'agit d'une volonté d'initiation déguisée de la jeunesse camerounaise aux dérives propres à certaines pratiques sexuelles ouvrant la voie à la dépravation des moeurs de la jeunesse camerounaise...

Kwadwo Safo Kantanka, l’inventeur autodidacte des 4X4 au Ghana

Posté il y a 12 avril 2018

6 min de lecture

Il y a en Afrique, d’excellents ingénieurs qui ont su, malgré les difficultés, déployé leurs génies. Kwadwo Safo Kantanka en est un exemple vivant.

Au Ghana, Kwadwo Safo Kantanka n’est pas un inconnu, même si sur le continent sa réputation semble ne pas être à la hauteur de ses réalisations.

Né en 1948 à Bekwai dans la région d’Ashanti, Safo Kantanka était passionné depuis son enfance de la science et la technologie. Il était habitué, après les cours, à faire son travail à la maison et se précipiter à la ferme pour obtenir des bois pour la conception de voitures, hélicoptères, avions, etc. Il conçut des machines et des automobiles qui n’avaient jamais été vues en ville.

Après les cours élémentaires, il s’était inscrit à l’Institut des travaux techniques du Ghana à Kumasi. Il a ensuite travaillé pendant trois ans comme soudeur à la Volta Aluminium Company (VALCO).

Réalisations

En tant que passionné de musique, ce pasteur a commencé avec la fabrication de batteries électriques avec des unités cérébrales, des haut-parleurs, une console de mixage professionnelle, des amplificateurs, des préamplis et des guitares basses à sept cordes, tout seul.

Il s’est ensuite tourné vers la fabrication de machines à coudre et à broder, moulins à maïs, moissonneuses, batteuses, des tunnels solaires, des dispositifs anti-gravités, machine mobile bloc de moulage polyvalent capable de produire 16 à 18 blocs à la fois, les téléviseurs de capteurs humains, etc.

Fabricant de la première automobile « Made in Ghana », sa première réalisation, le Kantanka Saloon remonte en 1998 et une traction intégrale Kantanka Onantefo I en 2006. En juin 2007, il a sorti un modèle perfectionné de la kantanka Onantefo, la Kantanka Onantefo II qui, comme toutes ses voitures, était testée dans la plupart des régions du pays.

La même année, l’apôtre a rendu public son véhicule de Crosscountry de 26 pieds de long, appelé Kantanka Obrempon, lors de la 27ème Foire annuelle de Charité et de Technologie de l’église Awoshie à Accra au Ghana. Il a lancé le même jour une excavatrice.

Il revient également à celui qui se dit assigné d’une mission divine d’autonomiser l’Afrique par l’application de la science et de la technologie, l’invention du KTK 02, un hélicoptère défensif armé de missiles, de même que le jet Kantanka, un avion à quatre places climatisé.

L’année 2012 lui étant prolifique, le génie ghanéen a lancé un véhicule utilitaire sport et un autre véhicule 4X4, Kantanka Daasebre, qui est alimenté et conduit par… une montre-bracelet. Cette même année, il a sorti une voiture berline non motorisée fonctionnant à l’énergie solaire.

Kwadwo Safo Kantanka est aussi l’auteur des variétés de machinerie industrielle, notamment des collecteurs d’ordures, des machines à souder par points, des w.c. et des robinets automatisés, des grues, des robots médicaux et industriels capables de répondre aux commandes programmées, des lance-missiles, des véhicules blindés, et beaucoup plus. Le tout, produit avec des matériaux locaux.

Par ces multiples travaux, l’homme de Dieu compte élever l’image engloutie du continent africain et le rendre économiquement indépendant, restaurer la gloire perdue de ce continent d’où la civilisation a commencé. Lui et sa famille s’appliquent ensemble dans cette mission.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 2018-10-11